socio durkheim

Emile DURKHEIM (1858-1917)

 

-         De la Division du Travail Social 1893

-         Les Règles de la Méthode Sociologique 1895

-         Le Suicide 1897

-         Les Formes élémentaires de la vie religieuse 1912

 

Doctrine politique marxiste, analyse sociologique marxienne

 

 

Père de la sociologie, et de la sociologie française.

Les règles.. il définit la socio comme une science positive de la société, il pose les bases et il sera critiqué, trop rigide

Le Suicide. Il a une vision consensuelle du social, vision de cohésion

Les Formes.. évolution de sa pensée, adoucissement, il donne une interprétation sociologique de la religion. Il donne sa conception de la société par rapport à sa conception de la religion.

 

C’est un sociologue par excellence, la figure du fondateur, il fait parti du patrimoine de la sociologie.

C’est un fils de rabbin et sa mère tient un atelier de broderie pour arrondir les fins de mois, ils sont modestes, il est élevé dans le respect de la loi et le sens du devoir. A l’adolescence, il refuse cette vocation religieuse et devient laïque, il souhaite devenir professeur et savant, après un bac de lettres et de sciences, il enter à l’école normale supérieur, il fréquente Jean Jaurès (socialisme). Il épousera une femme issu de la bourgeoisie, qui lui donne deux enfants (dont un qui mourra pendant la guerre). Durkheim est le continuateur de Comte, il réalisera le projet de Comte : faire en sorte que la socio soit reconnu en temps que science. Il fonde un groupe de chercheurs en sociologie, il réuni des collaborateurs dès 1896, en 1897 ce groupe  va fonder une revu L’année sociologique (existe encore), cette équipe va fonder l’école française de sociologie (ou école Durkheimienne). Entre 1897 et les années 20, il vont dominer le reste, il va éclipser tous les autres sociologues français, il réécrit même certains passage de texte qu’on lui soumet.

Il a des points de convergence avec Marx, ils ne dissocient pas théorie et pratique, savoir et action. D. est un réformiste mais pas révolutionnaire, il ne veut pas changer la société, ni la détruire, mais l’améliorer, il définit le sociologue comme un médecin, il améliore et réforme la société, « la société parfaite n’existe pas », mais on peut l’adapter aux nouvelles conditions de l’existence sociale. Il oppose deux types de société, une plutôt traditionnelle, et une plutôt de son époque (qui a connu la révolution industrielle) (village / ville) il oppose des sociétés à solidarité mécanique et celles à solidarité organique.

Il parle de la division du travail comme Marx.

Durkheim est le penseur de la cohésion, du consensus (contraire de Marx). Quels sont les mécanismes qui permettent aux individus de s’intégrer dans la société.

Pour Marx l’action c’est la révolution, et pour D. l’intégration et la solidarité.

 

Les règles de la méthode. D. va vouloir imposer la socio comme une science, en suivant le modèle des sciences de la nature, mais sans calquer la socio dessus, puisqu’elle est autonome, elle a son objet propre, elle a son objet et sa méthode. La socio se distingue des autres sciences, déjà de la philo car les philosophes ne passent pas à l’action, elle ne passe pas à l’action, mais elle sert l’action. La socio se distingue de la psycho par son objet, pour la psycho c’est les phénomènes individuels, et la socio étudie les faits sociaux : ils sont contraignants et extérieurs aux individus, D. parle de l’effet coercitif su social, le social s’impose à nous, il persiste et subsiste à l’individu. La société s’impose à nous, c’est une révolution sociologique de dire ça, il reprend aussi la vision holistique de la société (considérer que le tout dépasse la somme des parties)    ß objet de la sociologie

Dans le deuxième chapitre il aborde la question de la méthode « il faut traiter les faits sociaux comme (si c’était) des choses » comme si c’était des réalités matérielles, il faut faire comme si on ignorait tout de ce qu’elles sont, il faut objectiver, il fut mette en objet ses croyances. Il faut partir du principe qu’on ignore tout de ce que sont ces choses. On croit savoir, mais c’est faux, on ne doit pas émettre de jugement sur ces choses, ne pas avoir d’idées préconçues, ne pas tomber dans la faciliter, lutter contre les prénotions pour atteindre un degré scientifique. La socio est une science où les prénotions pullulent.

Chapitre 3, pour faire de la sociologie il faut expliquer le social par le social, c'est-à-dire pas par la psycho, la philo. Il faut étudier la fonction des phénomènes sociaux, leur fonction dans la société, L’école s’explique par la fonction qu’elle occupe dans la société. Il faut aussi étudier la fonction de ces phénomènes, mais pas à partir de ce qu’ils signifient pour les gens. Il faut étudier la fonction dans son tout. Le sociologue doit distinguer le normal et le pathologique. « Le crime est un phénomène normal » à condition qu’il n’augmente pas, s’il augmente c’est pathologique. Est-ce pareil pour le dopage ?

« Les faits sociaux sont extérieurs et contraignant

 

Il faut explique le social par le social

Il faut expliquer le social par le pathologie   écarter les prénotions

 

Faits sociaux « extérieurs » et « coercitifs »

Traiter faits sociaux comme des choses

Expliquer le social par le social

Normal est différent du pathologique

 

 

Solidarité mécanique et Solidarité organique

I intégration

R régulation

S solidarité

 

Le crime est p-e un phénomène pathologique, mais du point de vue de la société c’est un phénomène normal.

 

L’anomie est l’absence de normes, de règles, morales qui s’appuient sur des lois. L’anomie est la perte des repères sociaux, c’est la conséquence d’un défaut de communication. Alors qu’il y a aussi un manque d’intégration, c’est l’atomisation.

I L’attachement et aussi un sentiment d’appartenance

R comment la société donne un cadre, c’est la question de l’encadrement des individus par le groupe, c’est l’encadrement des individus par le groupe

S La solidarité, renvoie aux liens sociaux, solidarité mécanique ou organique. La solidarité mécanique, est la proximité, le village. Alors que organique, proche de l’industrie

De ces 3 règles il en déduit une méthode comparative (qui est double) soit génétique, soit statistique. Génétique : faire appel à l’histoire et à l’ethnologie pour comparer deux sociétés entre elles. Statistique, observation de régularité, on croise des variables, on travaille à partir de taux, on repère des corrélations, on détermine ensuite si oui ou non il y a un effet. Social par le social. La causalité n’est pas directe. Apparition du troisième variable.

Durkheim met en pratique. Il s’interroge sur la transformation du lien social, société traditionnel à la moderne, il s’interroge sur la crise du lien social. Il part à la recherche des origines du lien social qu’il pense retrouver dans la religion.

Il oppose les sociétés à solid méca ou solid orga. Il part de l’hypothèse que la solidarité peut être des similitudes ou des différences entre les individus. Méca, ils sont similaires, alors que orga les gens sont plus différenciés, pas les mêmes valeurs, pas les mêmes groupes..  La société méca, ils ont des pratiques similaires, ils ont les mêmes croyances. La conscience collective maximale et individuelle minimale. Trop forte pression du groupe sur l’individu dans les villages, mal être, excès de régulation, trop forte intégration de l’individu au groupe. Solid orga, division du travail, cela rend les hommes complémentaires, dépendants les uns des autres, obligation d’entente, la différence entre les gens va produire de la solidarité. Pratique hétérogène dans organique moderne contraire dans la solidarité méca (homogène). L’excès de R et de I est le propre des sociétés trad, alors que le manque plutôt société moderne.

L’état doit apporter une aide aux plus pauvres pour ne pas qu’ils se sentent désintegrer, l’état doit mettre en place des moyens de communication et de transport, s’occuper de la police et de la justice.

Marx pense que l’état est un instrument de la domination. Lors que D. pense qu’il est à l’origine du lien social.

« Le Suicide » méthode statistique, taux de suicide stable d’une année à l’autre, mais ce taux varie d’une société à l’autre. Les célibataires se suicident plus que les hommes mariés. Le fait que ce taux soit stable ça prouve que c’est un phénomène social. Si le suicide dépendait de facteurs sociologies, le taux de suicide serait identique peu importe les sociétés, Si le taux de suicide augmente, il y a pathologie, excès de problème d’intégration. Il y a des formes de suicide différentes, manque d’intégration ou manque de régulation. L’éventuelle augmentation du taux de suicide s’explique par la crise du lien social, soit par l’excès ou le manque de I ou de R.

4 types de suicide différents, soit manque 2 ou excès 1 de R soit manque 4 ou excès 3 de I.

1 suicide fataliste, le poids du groupe, sa pression, pèse de façon trop importante sur l’individu ex : la femme mariée sans enfant dans la société traditionnelle Roméo et Juliette

3 le suicide altruiste (obligatoire) société mécanique, l’homme est prêt à sacrifier sa vie pour le groupe

4 suicide égoïste suicide des célibataires, l’intégration familiale ralentit de taux de suicide, les protestant se suicide plus que les juifs, qui se suicide plus que les juifs. La fidèle est en lien directe avec Dieu

2 le suicide anomique, perte de repères, de limites, de barrières.

Il va s’intéresser aux suicides en période de prospérité, quand tout va bien. Pour 1 et 3 c’est surtout les suicides dans les sociétés trad, les défauts sont plus dans les sociétés modernes.

D. au fil de sa carrière se tournera de plus en plus vers le I. La crise du lien social n’est pas toujours lié à un défaut de I, l’excès de I et aussi pathologique.

 

 

« Les Formes … » change de style, la religion n’est pas une institution, la religion ne repose par sur l’erreur sinon elle n’aurait pas perdurait, pourtant il ne souscrit pas aux règles théologiques. La réalité de la religion est de nature sociale, « la société est à ses membres ce que Dieu est à ses fidèles » .Le sacré, Dieu, c’est en fait la société sous une forme symbolique, forme transfigurée, il donne des règles, la religion est la forme la plus première du lien social, sous un nom très sociologique, origine latine religion. La religion est formée sur une réalité, le sentiment d’attachement à un groupe est réel0 Dans ce livre, D. parle aussi des fêtes religieuses, et de solidarité mécanique. La sociologie c’est se pencher sur la fonction, comme la machine à café, ou fumer.

 

 

SPORT

Les grands spectacles permettent l’intégration, mais ça ne dure que le temps de la fête. Brohm pense comme Marx que le spectacle est une forme d’aliénation.

Recréer un lien social qui se perd dans les sociétés modernes

Est-ce que dans une équipe sportive on est plutôt dans une solide orga ou méca .

Avant, au rugby les postes était déterminé par la classe sociale.

 

Fin de sa vie, disciple de Comte, dérive spirituelle, on sent pointer le moraliste derrière le sociologue, mais de façon moins marquer. La société doit être pour ses membres comme Dieu pour ses fidèles, on doit avoir foi en la société.

Il ne dissocie jamais praxix et logos.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site