pedagogie differencie

Pédagogie différenciée

1ère approche : basculement paradigmatique que nécessite 4 « intentions » et 1 mise en garde

Intention  1 : empathie avec l’élève

Intention 2 : volonté réflexive qui amène une critique de « notre habitus pédagogique »

Intention 3 : investissement du temps

-          Il n’existe pas de catalogue de recettes

Intention 4 : éducabilité parce perfectabilité de tout enfant

Mise en garde

Isolement (par rapport aux collègues, aux élèves) + nécessité de faire ses preuves.

Prise en compte des avancées de la recherche (neuro-sciences, psychologie …)

Chaque élève se positionne d’une façon différente par rapport à l’apprentissage « postulats des burns »

-          D’un point de vue cognitif (mémorisation, procédures logiques, capacité d’abstraction)

-          D’un point de vue conatif (représentations motivation)

-          D’un point de vue affectif (par rapport à l’autre, à la règle, au savoir distance de l’autonomie)

La pédagogie différenciée parce que l’égalité suppose la reconnaissance des différences

ð  Hétérogénéité des élèves

Aller d’une massification a une démocratisation

 

Par conséquent, la pédagogie différenciée est

-          Un outil au service de tous les élèves

-          Un outil parmi d’autres qui partage à la lutte contre l’échec scolaire

-          Un outil qui peut permettre à l’élève de devenir un citoyen

 

                  Un cours identique pour tous s’adresse a un élève imaginaire qu’on a peu de chance de rencontrer !

Sur le chemin de la pédagogie différenciée

  1. Par la variation
  2. Par la diversification

 

Par la variation

-          L’enseignant s’adresse a la classe collectivement (tous a la même enseigne)

-          L’enseignant « travaille » l’hétérogénéité par  la variation des « méthodes » employées

. Entrée dans la tâche

. Types de tâches

. Rapport de l’élève

. Énonciation des consignes

. Types d’évaluation

 

-          Chronologiquement

Par la diversification

L’enseignant organise la classe par ateliers.

-          Tous les élèves ne travaillent pas la même chose en même temps

-          A la fin de la séance ou après plusieurs séances, tous les élèves sont passés par chacun des ateliers

-          Différenciation des méthodes

-          Il se peut qu’apparaissent des inter-actions dans un atelier

-          L’organisation spatiale de la classe (regroupement des tables…)

On quitte la vision atomiste des élèves

 

Synthèse des 2 approches

-          la charge de travail est importante (planification, préparation des cours à plusieurs niveaux et dans plusieurs directions)

-          impression d’une classe moins maitrisée (rotation…)

-          difficulté dans l’organisation de la séance (chronologie des tâches, temps imparti à chacune d’elles…)

-          motivation des enfants plus importante

-          prise en compte superficielle du travail

La pédagogie différenciée

L’enseignant va prendre en compte le « déjà-là » de chaque sujet de différencier ses « méthodes » en fonction des caractéristiques de chacun

-          un diagnostic impératif pour comprendre chaque élève

-          tous les élèves n’ont pas besoin des mêmes choses pour réussir une tâche

-          il faut quitter le seul résultat pour analyser le cheminement  de chacun pour parvenir au but fixé.

-          La différenciation des « méthodes » est conditionnée par les difficultés rencontrées.

-          Individualisation totale impossible à formation de groupes pour une remédiation

-          Liens entre la pédagogie différenciée et le développement de l’autonomie.

 

Profil d’élèves

Motivé, pas motivé, capable, incapable …

-          Styles d’apprenants : auditif, visuel, kinesthésique

-          Profils d’apprentissage : tâches d’exécution, degré d’incertitude de la tâche, compétitif, coopératif, tâches individuelles ou en groupes

-          Intelligence multiples :

Logico-mathématiques

Inter-personnelle

Intra-personnelle

Spatiale et visuelle

Corporelle et kinesthésique

Les dangers de la pédagogie différenciée

-          Stigmatisation des élèves si les groupes restent « fermés ». dans cette configuration, les progrès des élèves marquent le pas et il n’est pas rare d’assister à une régression.

-          Tenir compte du déjà-là de chacun ne veut pas dire enfermement.

-          Comprendre que l’enfant n’est pas seulement un élève ne signifie pas qu’il faille oublier qu’il est aussi un élève.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site