les pionner

LES PIONNIERS DE LA SOCIOLOGIE.

Montesquieu (Charles de Secondat, 1689-1755)

Alexis De Tocqueville (1805-1859) inaugure une démarche comparative. Il compare la culture américaine à la culture française.

Auguste COMTE (1798-1857) invente le mot « sociologie ». il rédige le premier projet de science positive de la société.

  1. Montesquieu (Charles Louis de SECONDAT).

Montesquieu propose une théorie sur le relativisme relationnel. Il est l’auteur des Lettres Persanes et de L’Esprit des Lois. C’est un aristocrate de Bordeaux. Cela pèse sur ses études puisqu’il devient avocat puis conseiller au Parlement de Bordeaux. C’est un fils de bonne famille mais de mauvaise vie. Il fréquente des cercles intellectuels qui contestent les dogmes du christianisme avec les Libertins, qui prônent la liberté et la tolérance. C’est de là qu’il publie les Lettres Persanes dans lequel il se livre à une critique assez forte du despotisme. Il défend des idées comme celle où le divorce est totalement normal. Dans la pratique, c’est le plus difficile et le plus fragile à mettre en place. Les Lettres Persanes est un roman sous forme de lettres. Ce livre raconte la visite de deux persans à Paris. Ils sont témoins de nos vices, de nos modes de vie, de nos coutumes et s’étonnent de ce qu’ils voient. Les parisiens s’étonnent aussi sur les deux persans. En invoquant ces deux persans, Montesquieu force les français à voir leur vie comme s’ils avaient vu la vie des persans, c’est-à-dire qu’il les force à se considérer comme étranger dans leur propre ville. Il s’agit d’oser considérer comme extraordinaire les institutions, les mœurs, les habitudes, les façons de vivre auxquels on est si bien accoutumés et qu’on respecte de manière si naturelle. En interrogeant l’ordre, on l’affaiblit. Se moquer de soi-même est un bon moyen d’échapper à sa condition. C’est en cela que réside la vertu sociale de l’ironie.

L’Esprit des Lois est un ouvrage dans lequel il cherche à mettre en évidence les véritables lois de la société et s’intéresse aux relations entre les lois et personnes et les personnes entre elles.

3 régimes :

-          Démocratie quand le peuple est souverain dans la totalité

-          Aristocratie quand il s’agit d’une partie du peuple

-          Monarchie où une seule personne gouverne

 

  1. Alexis de TOCQUEVILLE.

Il théorise la démocratie. Il fait la comparaison entre la démocratie pure et la démocratie française. La démocratie pure est forcément décentralisée. Il y a un esprit d’association très développé. Il revient sur la question de la passion de l’égalité et la passion de la liberté. Quand il y a trop de liberté, c’est l’anarchie. Quand il y a trop d’égalité, on est tous trop semblable. En France, il considère que la liberté l’emporte sur l’égalité.

Conséquence de l’esclavage : la stigmatisation.

 

  1. Auguste COMTE.

Il invente le premier le terme de sociologie. Il réalise le premier projet de sociologie comme science positive de la société. Il appelle même à la fin de sa vie à un nouvel ordre basé sur les acquis de la philosophie positive. Il rédige un cours de philosophie positive ou positivisme qui se définit comme la foi en la science. On pourrait penser que la science remplace de la religion. On croit en la science.

C’est un jeune et brillant polytechnicien mais il est trop dissipé. Il va être exclu de son école. Il mène une vie d’intellectuel solitaire. Son œuvre est rhétorique. Son cours est composé de leçons dans lequel il établit le positivisme et sur les rôles et statut de la science, c’est-à-dire l’épistémologie de la « science de la science ». Les leçons concernées par la sociologie vont de la 47ème à la 51ème. Avant, il parlait de « physique sociale » qu’il reprend d’Hobbes. Ce mot est aussi employé par un belge, mais il s’applique à la criminologie. Sociologie vient de la racine latine « socius » qui veut dire « associé » et de « logos » qui veut dire « le savoir ». Il en profite pour rédiger des projets sociologiques. La sociologie consiste en l’étude des phénomènes sociaux en appliquant les principes de la philosophie positive, c’est-à-dire du positivisme. Il énonce des lois de la relation entre les gens de la société. Il faut aussi prévoir enfin d’en conclure des lois. Il faut étudier ce qui est pour en conclure des lois.

On distingue 3 états :

-          Etat théologique : la religion a une grande importance, qu’elle soit polythéiste ou monothéiste. Les phénomènes sont représentés par l’action du ou des Dieux. Correspond à l’enfance de l’humanité.

-          Etat métaphysique : les agents surnaturels sont remplacés par des forces abstraites comme la nature.

Etat positif : l’esprit humain et la société sont arrivés à maturité. Il pense que l’esprit humain rejette toute cause ultime.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site