le SN cerveau

B/ Le myélencéphale

 

 

Importante dans sa configuration externe, c'est l'élément qui fait suite à la moelle épinière. Débute au niveau de l'atlas et va constituer la partie inférieure du tronc cérébral. 

 

 

 

 

 

 

 

Mesure 3 cm de long, il va aller en s'évasant, plus on monte, plus le diamètre s'accroit. A ce niveau, on trouve les mêmes sillons que pour la moelle épinière qui vont eux aussi déterminer des cordons de fibres nerveuses. De la même façon ils vont être regroupé en fonction de l'origine et de la destination des fibres nerveuses. Sur le côté il y a 2 saillies qu'on appelle l'olive bulbaire qui va avoir un rôle au niveau du contrôle de ma motricité volontaire.

 

Au niveau du sillon médian antérieure (face avant), il y a une zone caractéristique qui correspond à un croisement de fibres (les fibres provenant de l'hémisphère droit vont à gauche et inversement) on appelle ça la décussation pyramidale qui est la voix de croisement du faisceau cortico spinale.

 

Au niveau des sillons colatéraux, il y a les racines des nerfs craniens, notament le grand hypoglausse, le glausso-pharagiens, le nerfs pneumo gastrique.

 

 

Sur la face postérieur du bulbe rachidiens, on a la persistance du faisceau Goll-Burdach qui lie la moelle épinière au cervelet via les pédoncules cérébelleux. Ces pédoncules cérébelleux vont délimiter avec le bulbe rachidiens un espace qui continue le canal épendymaire et vont former le 4e ventricule.

 


Si on passe à la configuration interne du bulbe rachidiens, on retrouve la disposition de la moelle épinière de la substance grise entouré de substance blanche. Au fur et à mesure qu'on va s'élever dans le bulbe, on va voir apparaître des modifications avec la disparition progressive des cordons posterieurs. Apparition de nouveaux territoires de substance grise et l'apparition du 4e ventricule due à un élargissement du canal épendymaire.

Au niveau de la structure A on retrouve la structure de la moelle épinière avec la substance grise centrale et la substance blanche périphérique. On retrouve une répartition identique des territoires moteurs, sensitifs et neurovégétatifs.

 

Au niveau de la structure B on a modification de la structure de la substance  grise qui monte à la superficie du bulbe. Il y a une diversification des cornes postérieures et apparition de nouveaux territoires de substances grises : noyau ambigüe. Les flèches représentent la décussation pyramidale, càd la voix de la motricité volontaire qui croise en provenance du cortex, explique que l'émisphère droit dirige la partie gauche du coprs.

 

Au niveau de la structure C on a disparition des cordons postérieurs de substances blanches. Il ne reste plus qu'une fine couche de substance blanche qui recouvre la substance grise qui devient périphérique. Il y a un rapprochement du canal épendymaire de la paroi postérieure du bulbe rachidiens.

 

 

Au niveau de la structure D on a un élargissement du canal épendymaire qui va former le 4e ventricule. Apparition de nouveaux noyaux de substance grise, notamment les noyaux olives bulbaires qui vont constituer des nerfs moteurs par des voix de conduction d'informations motrices. On y trouve des voix de passage de l'information nerveuse et centre régulateurs notamment les centres cardio vasculaires qui vont réguler les rythmes cardiaques et respiratoires en fonction de l'activité et aussi le diamètre des vaisseaux sanguins.

 

 

 

C/ Le métencéphale

 

1) Protubérance annulaire (pont de varole)

 

 

 

 

Limité par les pédoncules cérébraux et en avant du cervelet.

La configuration externe : la protubérance annulaire se présente sous la forme d'un bourrelet de cellules nerveuses striées transversalement. Fait environ 3cm de haut pour 4cm de large. De cette protubérance émergent les nerfs tri-jumeaux (nerf mixe faisant parti des nerfs craniens à la fois moteur et sensitif) on y trouve 3 branches : le nerf ophtalmique et 2 branches des nerfs maxilaires moteurs.

La configuration interne : on constate la rupture de la différenciation substances grises/substances blanches. On a de plus en plus des rassemblements de substance grise en noyaux de + en + nombreux et de  + en + différencié. On va trouver aussi des nerfs auditifs qui vont être le relai entre le cortex auditif et l'oreille interne avec notamment 2 racines : la racine vestibulaire qui va transporter les informations relatives à l'équilibre et la racine cochléaire des informations relatives à l'audition. Les stries présent sur ce pont de varoles sont dues à la diversification des faisceaux pyramidaux qui vont être à l'origine des noyaux du pont qui sont un relai de la motricité volontaire et ces noyaux sont au contact avec le cervelet par l'intermédiaire des pédoncules cérébéleux.

On peut trouver aussi des centres régulateurs de la respiration avec les centres des différents rythmes respiratoires dont le rythme pneumotaxique ou apneustique.

 

 

2) Le cervelet

Il a la particularité d'être situé en dessous des hémisphères cérébraux à l'arrière du crane et est protégé par les os les moins épais du crane. Cervelet a pour éthymologie un terme latin qui signifie « petit cerveau ». Ce petit cerveau correspond à 10% de la masse du SNC mais contient à lui seul la moitié des neurones du SNC. Ces neurones sont arangé sous forme de circuit qui sont organisés de manière cuasi christaline.

 

 

 

 

 

 

 

On y trouve plusieurs cellules : les cellules de Purkinje, ce sont les + grosses, accolé on a les cellules de Golgi, des cellules granulaires et autour de ces 3 types on a les cellules en panier et les cellules étoilées qui vont servir de relai entre les cellules précédentes. L'ensemble communique via un système de fibres:

–                    fibres parallèles

–                    fibres montantes

–                    fibres moussues

 

 

 

 

 

Une attaque du cervelet entraine la desorganisation de la coordination visio motrice, alteration de l'équilibration, modulation du tonus postural, difficulté dans l'adaptation des commandes motrices. Structure en résumé très importante et très peu protégée.

 

 

 

Configuration externe : forme allongée transversalement, 10cm de largeur, 5 de haut, entre 4 et 6 de longueur. 2 hémisphères cérébéleux séparé par une zone rétrécie qu'on appel le vermis. Le cervelet est rataché au reste du cerveau, au tronc cérébrale par 3 paires de faisceaux : les pédoncules cérébelleux, pédoncule inférieur qui va permettre le lien entre le cervelet et le bulbe rachidien, à l'intérieur on a des fibres sensitives. Au dessus il y a le pédoncule cérébelleux moyen qui va lier le cervelet à la protubérance annulaire, éssentiellement sensitif. Le pédoncule cérébelleux supérieur permet les liaison entre le cervelet et le mésencéphale. Ce cervelet intervient dans les mécanismes de coordination des mouvements volontaires, en même temps il va gérer l'équilibration du corps. Le cervelet compare le mouvement élaboré par le cortex avec les informations sensorielles obtenues lors de la réalisation du mouvement. Le mouvement est codé à la fois sous la forme d'ordres moteurs mais aussi de conséquences sensorielles générés par les muscles, par les articulations, les tendons, le système auditif, le système visuel. Il est régulé par les voix extra pyramidale et surtout par une boucle de rétroaction vers le cortex. Chaque territoire de l'écorce du cervelet est connecté de manière préférentielle à un noyau gris profond du cervelet.

 

Configuration interne : les stries vont être à l'origine de sillons +/- profond qui va permettre l'émergence en lobes et lobules, il y a une inversion de la substance grise et de la substance blanche par rapport à la moelle épinière. Au sein de cette substance blanche on trouve des noyaux de substances grises : les noyaux gris profonds.

 

 

 

Le vermis va envoyer des fibres projetées sur le noyaux fastigiale. La partie médiane des hémisphères cérébelleux projette elle sur les noyaux globulleux et emboliformes. La partie externe des hémisphères cérébelleux projette sur le noyaux dentellé. L'ensemble de ces connexions va donner naissance à des tractus.

 

 

 

Cette organisation va permettre de diviser le cervelet en 3 principaux lobes :

 

  • L'archéo-cervelet (joue un rôle dans l'équilibration) :

–                    partie la plus ancienne

–                    constituée par le lobe flocculomodulaire

–                    centre de l'équilibration vestibulaire : il intègre toutes les infos du vestibule

 

  • Le paélo cervelet

- contrôle essentiellement le ton,us de la posture; dans l'évolution on le retrouve chez les amphibiens, reptiles, les oiseaux.

 

  • Le néo cervelet

–                    contrôle et coordonne les mouvements volontaires et automatiques chez les mammifères : le singe, l'homme.

Principe du fonctionnement :

les informations arrivent au niveau du cortex cérébelleux

relai vers le noyaux gris du cervelet

la voix effectrice au contrôle de l'équilibration

 

D/ Le mésencéphale

 

1) Les pédoncules cérébraux

 

 

 

 

Issu de la vésicule primitive moyenne, il est composé des pédicules cérébraux situé sur la face avant. Ils sont des faisceaux blanc qui mesurent environ 2cm de long et essentiellement constitué de substances blanches et vont contenir des fibres motrices déscendantes en provenance du cortex moteur pour aller soit vers la protubérance annulaire soit vers le bulbe rachidiens soit vers la moelle épinière et des fibres ascendantes sensitives en provenance de ces mêmes structures. Passage de...

Accolé il y a un locus spécial : le locus niger qui va être pour partie la cible d'une maladie neuro dégénérative qu'est la maladie de parkinston. La perte de cellule nerveuse de la substance noire entraine la diminution de la sécrétion de dopamine qui entraine l'apparition de phases of

 

 

Résumé : Le pédoncule cérébral

–                    un cordon volumineux constitué de substance blanche

–                    situé de façon paire et symétrique en avant du mésencéphale

–                    lieu privilégié de passage des voies reliant l'encéphale au tronc cérébral lui-même et à la moelle épinière

–                    voie pyramidale responsable de la motricité : la principale voie qui passe par les pédoncules cérébraux.

 

2) Les tubercules quadrijumeaux

 

 

tubercule quadri jumeaux supérieurs s'occupent des mouvements réflexes de la tête et des yeux. Lieu de passage entre la rétine et le cortex visuel.

 

Tubercule quadri jumeaux inférieurs s'occupent des réflexes auditif. Même principe que les supérieurs mais avec le cortex auditif. Ces tubercules sont constitués de noyaux substances grises entourré par une couche de substance blanche. Au niveau du mésencéphale vont émerger les nerfs oculo-moteur chargés de la motricité des yeux et le nerfs trocléaire (pour les signaux auditifs). Au centre de la structure, on a un trou : l'aqueduc de sylvius. Une atteinte des tubercules quadri jumeaux provoque :

–                    pour les supérieurs : - trouble de fonctionnement de la pupille de type mydriase (augmentation anormale du diamètre.

- dissociation des réflexes de l'accomodation et des réflexes à la lumière.

- paralysie des mouvements de l'oeil dans le sens vertical

–                    pour les inférieurs : - apparition de troubles auditifs concernant un côté où les deux côtés à la fois

 

Les tubercules quadrijumeaux sont reliées aux corps genouillés du thalamus.

 

 

E/ Le diencéphale : le thalamus

 

                Le diencéphale provient du prosencéphale

 

 

 

 


Zone creuse au seins du diencéphale : le 3e ventricule. Autour de ce 3e ventricule vont être disposé les zones nerveuses qui constituent le diencéphale. Parmis ces zones la 1ere est le thalamus.                                                       Coupe suivant a/a'

 

 

Thalamus : noyaux de substance grise entourré de substance blanche et dans ces noyaux de substances grises on trouve les noyaux suivants : (voir diapo, à ne pas retenir)

 

Les thalamus sont composés de substance grise, recouverts par une pellicule de substance blanche. On y trouve les corps genouillés latéraux (vue) et médians (ouïe). Les noyaux qui gênent les sensations somatiques telles que le toucher, la pression, la chaleur, le froid ou la douleur. Autres noyaux: Goût – Emotions – Mémoire. Il joue un rôle dans la motricité en transmettant aux différentes aires corticales motrices des messages qui proviennent du cervelet et des corps striés. Le thalamus participe à la régulation du système végétatif et intervient dans le maintien de la vigilance. Tous les noyaux du thalamus reçoivent les projections du cortex et en retour projettent vers le cortex.

 

Le thalamus de par sa position centrale reçoit des inférences de l'ensemble des structures cérébrales et envoie des éférences à l'ensemble de ces structures. Accolé au thalamus on va trouver 2 structures : l'hypothalamus et l'hypophyse.

 

 

 

 

L'hypothalamus

–                    est relié à presque toutes les zones du cerveau.

–                    Centre de régulation des principales fonctions végétatives : contrôle les fonctions comme la soif (régulation des équilibres hydriques), la faim, la régulation de la température interne : homéostasie (par frissons et transpiration), les fonctions respiratoires et cardiaques, transit alimentaire : activités viscérales (rythme cardiaque et constriction des vaisseaux sanguins).

–                    Influence les parties du cerveau responsables des changements d'émotions et d'humeur de part les connexions avec le cortex cérébral et le système limbique.

 

L'hypothalamus sécrète plusieurs hormones, les libérines, avec

 

–                    la corticolibérine ou CRF (fabrication de cortisol)

–                    la somatocrinine ou GH-RH (growth hormone releasing hormone)

–                    la thyréolibérine ou TRH (hormone de libération de l'hormone qui va stimuler les hormones tyroïdienne) → régulation de la température corporelle

–                    la dopamine, contrôle la sécrétion de prolactine et celle des catécholamines (adrénaline, noradrénaline)

–                    la gonadolibérine ou GNRH (donadotrophin releasing hormone = hormone de libération de l'hormone lutéinisante).

 

Les hormones sécrétées par l'hypothalamus sont soumises à un rétrocontrôle exercé par les hormones hypophysaires leur correspondant.

 

En dessous de l'hypothalamus il y a le corps pituitaire (hypophyse) qui a la particularité de présenté

 lobes :  lobe antérieure responsable de la sécrétion des hormones hypophysaires : L'anté-hypophyse et un lobe postérieur : post-hypophyse.

 

Dans son ensemble l'hypophyse a un diamètre d'environ cm et pese 0,5g

 

L'anté hypophyse sécrète :

–                    hormone de croissance (GH)

–                    prolactine (cécrétion du lait)

–                    hormone folliculo-stimulante (FSH)

–                    hormone lutéinisante (LH)

–                    thyréostimuline (TSH)

–                    hormone adrénocorticotrope (ACTH)

–                    mélano-stimuline (MSH) et endorphines qui dérivent de l'ACTH

 

endorphine sécrété lors des activités physiques → sensation de bien être avec diminution d'une sensation de douleur. Cette endorphine explique la dépendance vis à vis de la pratique sportive.

 

La post hypophyse ou neurophypophyse :

–                    projection de l'hypothalamus

–                    constitué de tissus nerveux dont les axones vont sécrété les hormones dans les capilaires sanguins → neuro sécrétion

–                    libération de neurohormones, sécrétées au niveau de la neurohypophyse

–                    la vasopressine

–                    l'ocytocine

Elle entrepose et distribue les hormones sous forme de neurosécrétions.

F/ Le télencéphale

 

 

                C'est la majeur partie du cerveau : partie la plus volumineuse du SNC.

 

 

 

 

 

 

 

 

                Dans sa configuration externe il est divisé en  parties : les hémisphères cérébraux divisé par un grand sillon : la scissure inter-hémisphérique. Les hémisphères cérébraux sont reliés par des commissures inter-hémisphèriques et surtout par une structure : le corps Calleux qui fait communiquer les  hémisphères.

La face externe comporte de nombreux sillons qui vont délimiter des circonvolution ou encore les lobes cérébraux. Chaque lobe est séparé des autres par des sillons plus profonds qu'on appel des scissures. A l'intérieur de chaque lobe il y a des sillons secondaires. Ces sillons secondaires vont délimiter des zones qui vont avoir un fonctionnement précis, on va parler d'aires.

 

On trouve  6 lobes :

–                    celui qu'on remarque le + : le lobe frontal, délimité par la scissure centrale ou scissure de Rolando et la scissure de Sylvius

–                     Le lobe pariétal, en arrière du cerveau, limité à l'avant par la scissure de Rolando.

–                    Au dessus du cervelet, completement à l'arrière : le lobe occipital.

–                    Situé latéralement, délimité par la scissure de sylvius : le lobe temporal.

 

A ces 4 lobes situables facilement on peut rajouter :

–                    le lobe de l'Insula qui se situe au fond de la scissure de sylvius

–                    le lobe du corps calleux : lobe de passage des informations

 

 

Configuration interne :

substance grise à la superficie : la couche corticale, qui va délimiter le cortex cérébrale, fait environ 1cm de profondeur. On va distinguer 6 couches de cellules.

 

La couche pyramidale est la couche n°5 = voie de la motricité volontaire directe. Ce cortex cérébral va être délimité en différentes aires fonctionnelles.   (schéma cerveau coloré)

Les plus importantes pour nous sont les aires motrices dans la partie frontale (rouge, aires 4/6/8), aires visuelles au niveau du lobe occipital, les aires auditives au niveau du lobe de l'Hinsula et une aire particulière : l'aire du langage : acte moteur par définition, une atteinte de cette zone : aphasie (on ne peut plus parler).

 

 

 

 

 

L'étude de ces aires permet de créer un homonculus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                Appartenant au télencéphale, en dessous du cortex cérébrale on a des amas de substances grises : les noyaux gris centraux constitués du noyaux caudé et du noyaux lenticulaire qui sont les noyaux d'entrée des ganglions de la base. Une atteinte des noyaux caudés lenticulaires est la choré de Huntington.

Entre le cortex et les noyaux gris centraux on a les le système limbique impliqué dans la mémoire et les émotions, on l'appel le cerveau émotionnel.

Le télencéphale présente une zone creuse qu'on appel les ventricules latéraux.

 

 

 

G/ La formation réticulée

 

 

On est ici sur un système difus sur plusieurs étages. On retrouve cette substance réticulée au niveau :

 

–                   

Tronc cérébale

 

bulbe rachidiens

–                    protubérance annulaire

–                    mésencéphale

 

 

Zone de cellule nerveuse qui se présente sous la forme d'une organisation diffuse inter reliée. On ne trouve pas de noyaux de substances grises. L'ensemble des connexions forme un maillage d'où le nom de formation réticulé sur l'ensemble des 3 étages précédemment cité.

Il y a 2 formations réticulées :

–                    la formation réticulée activatrice ascendante reçoit des informations sensori-motrices. Elle va projeté sur les structures au dessus d'elle (cortex cérébral et noyaux du thalamus)

–                    la formation réticulée activatrice descendante envoie des éfférences vers le cervelet et vers les voies « sensorielles »

 

 

 

                Les variations de l'activité vont provoqué une modification du degré de vigilance de l'individu. Augmentation de l'activité → augmentation du degré de vigilance

Diminution de l'activité → diminution de la vigilance => état de sommeil = rythme Nycthémérale (alternance jour/nuit)

 

2 types de projections : la voie thalamocorticale et la voie extrathalamique.

H/ Protection et approvisionnement

On va parler de la circulation liquidienne et des moyens de protections du SNC.

 

Circulation liquidienne :

2 types de liquides de fluides : le sang et le liquide céphalo rachidiens (LCR) d'autre part.

 

  • La circulation sanguine :

Réseau sanguin extrêmement complexe. Il y a une vascularisation importante du fait du niveau d'activité métabolique des cellules nerveuse qui est caractérisé par leur incapacité à fonctionner en anaérobie. Il faut toujours la présence d'oxygène pour le fonctionnement de cellules nerveuses.

Les besoins importants en oxygènes vont représenter 20% de la consommation totale de l'individus pour un organe qui représente environ 2% de la masse du sujet. Le moindre arret entraine des lésions irréversibles (AVC)

Les besoins importants en glucose qui nécéssite un apport constant pour les cellules nerveuses centrales.

 

Particularité : la barrière hémato-encéphalique (voir vidéo)

barrière anatomique qui résulte de l'épaississment des vaiseaux sanguins par rapport au reste de l'organisme. Il y a un contrôle du passage qui peut aller même jusqu'à l'empechement du passage des certaines molécules au cerveau

 

Cette barrière est composée de 3 éléments :

–                    endothélium des capillaires

–                    lame basale

–                    astrocyte (pieds) qui vont jouer leur rôle de protection.

 

L'endothélium joue un rôle de filtre dans les échanges. Les capillaires ne possèdent pas de pores mais des jonctions sérrées (ou tight jonction).

 

Le liquide céphalo rachidiens lou liquide céphalo spinal

 


Il va remplir les différents trous du SNC :

 

A l'intérieur des ventricules il y a des cellules spécialisées : les plexus choroïdes qui sont responsables de la production du liquide céphalo rachidiens. On en produit environ ½ à 1L par jour. Il y a une production continue qui s'écoule par les orifices médians et latéraux dans l'espace sous arachnoïdien de là il va retourner à la circulation sanguine par un système de valve qu'on appelle les granulation arachnoïdienne. Le LCR est renouvelé environ 3 fois par jour.

 

Ces cellules du plexus coroïde assurent une barrière protectrice, imperméable au métaux lourd (normallement). Cette barrière devient perméable sous l'effet des ondes électromagnétique (portable, wifi). 

Ce LCR a plusieurs rôles :

–                    protection mécanique car il apporte un support mécanique au système nerveux. Elle va se situer au niveau des accélération décélération. Le cerveau flotte dans la boite craniene

–                    protection chimique : stabilité des paramètres du liquide extra cellulaires.

–                    Rôle nutritif du LCR : il va permettre les échanges entre les nutriments apportés au système nerveux et les déchets mécaniques?

 

Cet ensemble est protégé par les méninges. Inflamation des méninges = méningite

 

 

 

 

L'axe ,,, est enveloppé par 3 membranes :

–                    la dure mère qui recouvre l'arachnoïde elle même recouvrant la pimère

 

On va retrouver ces 3 membranes sur tout l'axe ,,,

 

La membrane dure mère est une membrane fibreuse, résistance, la plus épaisse des 3 couches. Elle va épouser les contours des volets osseux de la boite craniene

En dessous de la dure mère : l'arachnoïde : couche conjonctive qui est appliquée à la dure mère et qui délimite avec la dure mère l'espace sous durale ou  sus arachnoïdale

La pimère on y retrouve du tissus conjonctif, c'est la couche la plus mince qui va recouvrir l'ensemble de la surface corticale. Elle s'insère dans les cissures

Elle possède des vaisseaux sanguins cérébraux. Elle est fort vascularisée et est nouricière. Elle va détermniner avec l'arachnoïde un espace sous arachnoïdien.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site